Accéder au contenu principal

Tashi Rabten a été libéré


















Tashi Rabten
(ch : Zhaxi Raodeng ou Zhaxi Redan)
扎西绕登(音), 扎西热丹

Tashi Rabten a été libéré de la prison de Mianyang le samedi 29 mars 2014

est originaire du Comté de Dzoege (ch. Ruo’ergai) à Ngaba (ch.Aba) dans la province du Sichuan.
Tashi Rabten est à la fois étudiant à l’Université des Minorités du Nord-ouest à Lanzhou, écrivain sous le nom de Te’urang, et journaliste.
Il a fait paraître 1000 exemplaires du livre «Ecrit avec le sang» (Khrag yig) Dans ce livre, publié le 25 janvier 2009, très critique vis-à-vis du gouvernement, il utilise la métaphore de la viande et du sang.
Cet ouvrage, qu’il a fait publier à son compte, est un recueil décrivant les événements et manifestation de mars 2008 au Tibet.
Tashi Rabten écrit :
“En ces temps singuliers où l’on inflige des coups de fouet à l’âme et à la force vitale, il faut prendre la parole pour dire ce qui doit être dit. Ne pouvant donc rester la bouche close, je laisse ma parole s’écouler. Si on l’interrompt, je suis convaincu que sa valeur en sera accrue d’autant. C’est pourquoi j’ai diffusé entre 2008 et 2009 ce petit livre, qui est plus jeune que moi, comme on procède à une saignée.”
Le gouvernement chinois a stoppé la distribution de ce livre et en a confisqué les exemplaires déjà vendus, l’interdisant à cause de son contenu politique « suspect »
Dans les chapitres de ce livre et dans plusieurs articles publiés dans le magazine annuel « Shar Dungri » (« Xiar Dong-ri » : « la Montagne de Neige orientale») de l’Université des Minorités du Nord-ouest de la Chine, Tashi Rabten détaille l’effusion de sang qui s’est produite le 10 mars 2008, quand la police chinoise a réprimé avec violence les manifestants pacifiques. Il développe l’idée que ce sont les fonctionnaires chinois qui sont responsables de la violence et des destructions qui ont suivi.
A la suite des événements du printemps 2008, la police l’a souvent questionné, l’a surveillé étroitement et lui a demandé des comptes sur toutes ses activités.
Tashi Rabten a été une première fois arrêté en juillet 2009 puis libéré le mois suivant.
Le 6 avril 2010 il a été arrêté à nouveau au sein de l’Université des Minorités du Nord ouest à Lanzhou.

Tashi Rabten a été détenu, sans mise en accusation, dans un centre de détention du Comté de Barkham (ch : Ma’erkang) Préfecture de Ngaba (ch :Aba) dans la Province du Sichuan jusqu'à sa condamnation le 2 juin 2011 à 4 ans de prison. Il a été accusé d'"activités incitatrices à la scission de la nation".
Tashi Rabten a été nommé membre honoraire du Centre Pen Chinois Indépendant en novembre 2012.

Voici quelques modèles de lettres (à transformer à votre convenance)

Monsieur (ou Madame selon le cas) …………….. (Nom de l’autorité chinoise)

Je vous écris aujourd'hui afin d’attirer votre attention sur la détention arbitraire de
M. Tashi Rabten
ch: Zhaxi Raodeng
扎西绕登(音), 扎西热丹
étudiant et écrivain (nom de plume : Te’urang,) qui a été emprisonné pour avoir exercé son droit à la liberté d'expression.
Tashi Rabten originaire du Comté de Dzoege (ch: Ruo'ergai) Ngaba, province du Sichuan, a été arrêté à Lanzhou le 6 avril 2010. Il aurait été surveillé pendant un certain temps alors qu'il étudiait à l’Université des Minorités du Nord-ouest de Lanzhou.
Il est à craindre qu'il ait été arrêté à cause de l'édition du magazine littéraire « Shar Dungri » (« Montagne de neige orientale ») couvrant les manifestations au Tibet en 2008 et pour être le co-auteur d’une collection appelée «Ecrit avec le sang»
Je suis consterné(e) de voir que votre gouvernement a supprimé le droit de ce Tibétain d'exprimer son opinion de manière pacifique.
Le droit à la liberté d'expression est protégé en vertu de la Constitution de la Chine et du Pacte international relatif aux droits civils et politiques signé par la Chine. L’emprisonnement de Tashi Rabten semble être en violation de ces règles juridiques.
Le 2 juin 2011, Tashi Rabten a été condamné par la Cour Populaire Intermédiaire de Ngaba à 4 ans de prison pour " activités incitatrices à la scission de la nation"

Je demande à ce que votre gouvernement révèle toute information qu'il possède sur la situation actuelle de Tashi Rabten et respecte l'article 35 de la Constitution chinoise en libérant Tashi Rabten.
Bien sincèrement,

Nom, Prénom, Adresse, Signature


Traduction en anglais de la lettre précédente :

Dear …………………... (Nom de l’autorité chinoise)

I am writing to you today to draw your attention to the arbitrary detention of
Mr Tashi Rabten
ch: Zhaxi Raodeng
扎西绕登(音), 扎西热丹
a student and writer (Pen name: Te’urang,) who has been imprisoned for exercising his right to freedom of expression.
Tashi Rabten from Dzoege (ch: Ruo’ergai) County in Ngaba, Sichuan Province, was arrested in Lanzhou on April 6, 2010. He was reportedly under surveillance for some time while studying at the North western Minorities University in Lanzhou.
There are fears that he may have been detained for editing the literary magazine “Shar Dungri” (Eastern Snow Mountain) covering the 2008 protests in Tibet and co-authoring a collection called “Written in Blood”
I am appalled that your government has suppressed the right of this Tibetan to peacefully express his opinion.
The right to freedom of expression is protected under China’s Constitution and under the international Covenant on Civil and Political Rights which China has signed. Tashi Rabten’s imprisonment appears to be a violation of these legal instruments.
On June 2, 2011, Tashi Rabten has been sentenced to 4-year prison term by the Ngaba Intermediate Peopl'e Court on charges of "inciting activities to split the nation"
I request that your Government reveals any information it has regarding the whereabouts of Tashi Rabten and respects Article 35 of the Chinese Constitution by releasing Tashi Rabten.
Yours sincerely

Nom, Prénom, Adresse, Signature

Voici quelques adresses d’autorités chinoises auxquelles vous pouvez adresser vos courriers :
(0, 95 euro pour un envoi de moins de 20 grammes à partir de la France métropolitaine)

Madame la Ministre de la Justice (Minister of Justice)
Mrs. Wu Aiying,
Buzhang Sifabu
10 Chaoyangmen Nandajie
Chaoyangqu
Beijingshi 100020
République Populaire de Chine (People’s Republic of China)

Monsieur le Chef du Gouvernement Populaire (Governor of People’s Government)
Mr. Wei Hong
Sichuanshen Renmin Zhengfu, Zoumajie,
Chengdushi-610040,
Sichuansheng,
République Populaire de Chine (People's Republic of China)

Monsieur le Procureur du Parquet Populaire de la Province du Sichuan (Procurator of Sichuan's Provincial People's Procuratorate)
Mr.Chuan Deng
Jianchazhang
Sichuansheng Renmin Jianchayuan
51 Renminzhonglu Erduan
Qingyangqu
Chengdushi 610017, Sichuansheng
République Populaire de Chine (People's Republic of China)

Copies de vos courriers aux autorités chinoises peuvent être envoyées à :

Monsieur l’Ambassadeur de la République Populaire de Chine (ou Ambassade de Chine de votre pays)
Mr.Kong Quan
Ambassade de Chine
11, avenue George V
75008 Paris
chinaemb_fr@mfa.gov.cn
Fax : 01 47 20 24 22

Monsieur Laurent Fabius 
Ministère des Affaires Etrangères
37, quai d’Orsay
75 007 Paris
France
http://www.diplomatie.gouv.fr/courrier/
(Puis rubrique : « Réactions à l’actualité internationale »)

Au cas où des réponses vous parviendraient de l’une ou l’autre de ces autorités, merci de m’en faire part.
moniquedorizon@hotmail.com

Amicalement,
Monique Dorizon

Posts les plus consultés de ce blog

Action Tibet Post

Tibet Post: Parrainage personnel d'un prisonnier tibétain
Vous recevez par mail le dossier de votre filleul comportant les renseignements connus le concernant, des modèles de lettres (en français et en anglais) à envoyer aux autorités chinoises, l’adresse de celles-ci, éventuellement celle de la prison. Vous enverrez alors le plus régulièrement possible des lettres aux différentes autorités afin de favoriser la libération de celui qui est devenu votre filleul. Il ne s’agit en aucun cas d’un parrainage matérialisé par l’envoi de colis ou de visite au prisonnier.
Il ne vous sera jamais demandé de contribution financière
Pour participer à cette action, adressez un mail à: moniquedorizon@hotmail.com           en mentionnant "Je désire parrainer un prisonnier tibétain" ainsi que vos nom et prénom.
Cette action est soutenue par les Tibétains de l'intérieur et de l'exil.

Tashi Wangchuk

Tashi Wangchuk Zhaxi Wangzhu, 扎西旺珠
Tashi Wangchuk, 30 ans, originaire du Kham tibétain (Qinghai) possède une boutique et vend des produits régionaux sur Internet. Lorsque les fonctionnaires ont fermé une école dirigée par des moines pour qu’elle cesse d'offrir des cours de langue tibétaine aux laïcs, Tashi Wangchuk a cherché un endroit où ses deux nièces adolescentes pourraient continuer à étudier le tibétain. Il n’en a pas trouvé, même si la région est majoritairement tibétaine. Pour avoir exprimé ses inquiétudes au sujet des jeunes Tibétains incapables de parler couramment leur propre langue à cause de la politique d’éducation de la Chine, les autorités ont détenu Tashi Wangchuk, le 27 janvier 2016. « La culture de notre peuple se fane et elle est en voie de disparition. », « Mon objectif est de changer un peu les choses, afin d’avancer dans la préservation d’une part de la culture de notre nation », a-t-il dit. Tashi Wangchuk estime que la langue tibétaine non utilisée dans les…

Tsegon Gyal

Tsegon Gyal   (次贡杰, 次贡塔)

Tsegon Gyal est né le 12 août 1963 dans une famille de nomades du village de Yakmo, en Amdo, province chinoise du Qinghai.
Tout d’abord, pendant plusieurs années, il a été instituteur dans un village de l’Amdo.
Puis, ayant réussi un examen de journalisme, il a travaillé pour un journal spécialisé dans les affaires juridiques et administratives, « Qinghai Legal Daily » mais aussi pour le « Qinghai Tibetan News ».
En 1989 (date approximative), il a été arrêté et détenu pendant un mois pour avoir parlé de l’expansion de la littérature tibétaine et du déclin de l’éducation tibétaine lors d’une conférence publique. Cela l’a empêché de travailler en tant que journaliste et ses écrits ont été censurés.
Cependant, il a pu se présenter à un concours d’entrée dans une école de police et, après ses études, a été employé comme policier.
Ensuite, il a été arrêté par le PSB à son domicile le 7 mai 1993. Il a été jugé en même temps que ses amis Lukhar Sham (Lukhar Jam ou Lupe…